Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 23:23

 

 

Les Comores ont pour la première fois de leur histoire un festival d'art contemporain,  dont l'organisation parrainée par le Sénégal est une "gageure" dans le petit archipel.
Depuis jeudi, le public peut découvrir une quarantaine d'artistes, dont certains venus de   et de Belgique, ainsi que des oeuvres du sculpteur sénégalais Ousmane Sow, parrain de l'événement. "Je suis ravi de ce que j'ai découvert. 
C'était une gageure pour les organisateurs, ils ont réussi à relever le défi", a commenté Ousmane Sow auprès de l'AFP lors de l'inauguration.
"La qualité des oeuvres est prometteuse, il y a une homogénéité, c'est rassurant, la relève est assurée", a-t-il dit, après un tour dans la médina de la capitale Moroni au son d'un "dzumari", une flûte ancienne en voie de disparition.
L'exposition, inaugurée par le chef de l'Etat Ikililou Dhoinine, se tient au Palais de Hamramba (Assemblée fédérale).
"Je suis très satisfaite, c'est au-delà de mes espérances. Ce n'est pas du foot, c'est le premier festival d'art ici, sa mise en place fut difficile", a souligné, la voix nouée par l'émotion, Mme Fatima Ousseini, à l'initiative de ce festival complété par d'autres manifestations, danse, artisanat et gastronomie.
Mme Ousseini a "salué la manière dont le   s'est investi dans ce projet. J'ai confiance en l'avenir".
Le festival accueille aussi des stands de livres sur la littérature comorienne et africaine. Des images de la vie quotidiennes des pays de la région des photographes Olivier Zolger et Henri Douglades.
"La plupart des oeuvres s'articulent autour de l'idée de la connaissance de soi", a expliqué pour l'AFP l'écrivain comorien Mohamed Nabahane, auteur du premier roman entièrement écrit en comorien et qui "parle de la violence du déracinement et de l'exil".
"Notre objectif est de travailler et d'installer ce festival dans la région", affirme à l'AFP le peintre Denis Balthazar, et compagnon de Mme Ousseini.
Française d'origine tunisienne installée à Mayotte, Nadia Nasri présente une oeuvre où prédominée le bleu, le blanc, et l'or de l'Orient. "Il y a mes origines méditerranéennes, mais j'introduis des choses locales", explique-t-elle.
La question qui hante les organisateurs est l'avenir du festival dont ils espèrent faire une biennale. "Cela dépendra des acteurs économiques et culturels", a confié Balthazar. L'exposition ferme ses portes le 18 juin.

 

 

Repost 0
Published by Actu-Comores - dans Actualité évènementiel
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 19:57

 

ClandestinesFuyant la misère de leur île, Anjouan, l'une des plus pauvres du monde, de nombreuses femmes, enceintes jusqu’aux yeux, s’exilent vers Mayotte : là-bas, c’est déjà la France. Là-bas, elles peuvent accoucher sans frais et dans de bonnes conditions. Leur espoir : une vie meilleure pour leur enfant là où scolarité rime avec gratuité et paternité avec "père français". Clandestines, elles embarquent sur des "kwassas kwassas", des embarcations de fortune, et entament une longue et périlleuse traversée pour regagner les côtes du confetti français. Face à ce flot de prétendantes à l’exil, Mayotte et le gouvernement français, depuis quelques mois, ont sévèrement intensifié leur arsenal de lutte contre cette immigration. Si certaines parviennent encore à rejoindre Mayotte, d’autres, déjà clandestines depuis plusieurs années, décident aujourd’hui de rentrer à Anjouan tant la situation sur place est devenue délétère. Ceci n’est pas sans répercussions sur l’économie locale : Mayotte, paradoxalement, s’est toujours appuyée sur le travail de ces clandestines – et clandestins – pour développer les activités et ressources de l’île… En forme de voyage aller-retour entre Anjouan et Mayotte, le film propose de réaliser les portraits de plusieurs femmes, clandestines et mahoraises…. http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSicGxD7zACGhWczCZ33fnJ8Ji96Zyy3JJFi9d_VqmgsO6vmewwfw
Auteure-réalisatrice : Pascale Poirier • Production : Beta prod / RFO • 2006 • Durée : 52 min


Repost 0
Published by Actu-Comores - dans Actualité évènementiel
commenter cet article