Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 22:58

 

 

Abou_Achirafi

Le directeur national de la sûreté du territoire, poursuivi pour détournement de deniers publics, a été placé en détention provisoire, depuis samedi en début de soirée. Cette mesure a été prise à l’issue d’une audition qui a duré toute la journée. Le contrôleur général de police Abou Achirafi Ali a ainsi passé son premier week-end à la maison d’arrêt de Moroni.

Ce mandat de dépôt, décerné en début de soirée, a été précédé d’une mesure d’interdiction de quitter le territoire, prise dans la matinée contre le patron de la Dnst.

Ces deux mesures judiciaires seraient la suite de l’instruction ouverte sur les fonds de la citoyenneté économique. Une affaire qui a déjà conduit sous les verrous une agent de la sûreté du territoire, Housnati Ismael Mohamed, en détention provisoire depuis le 17 octobre.

Etant donné que le code de procédure pénale du pays ne permet pas l’intervention d’un avocat lors de la première comparution, Abou Achirafi Ali s’est trouvé seul à répondre les questions du juge d’instruction chargé de l’affaire pendant près de six heures de temps.

Toutefois, après que les gendarmes aient ramené le prévenu en détention, Me Mchindra Abdallah, avocat consulté par sa famille afin d’assurer sa défense, a fait une déclaration à la presse: «j’estime que l’audition était trop longue. C’est une audition de première comparution, on prend l’identité et on notifie les chefs d’inculpation, alors qu’il vient de passer six heures devant le juge, c’est un abus. Par précision, je demande à vous journaliste de respecter le principe de la présomption d’innocence».

Selon l’ordonnance de mise en détention du juge d’instruction, lu publiquement par l’avocat, «l’inculpé est poursuivi pour les faits qui, dans leurs perpétuations, ont entrainé un trouble à l’ordre public et qui n’est pas encore estompé. Attendu que l’information est en cours et nécessite des investigations profondes qu’ainsi, pour prévenir les pertes d’indices, de tout risque d’insubordination de témoin ou de collision frauduleuse avec d’éventuels co-auteurs ou complices, non encore identifiés, ainsi que préserver l’ordre public troublé par les faits et assurer une bonne marche de l’information, il convient de le placer en détention provisoire. Par ces motifs, ordonnons la détention provisoire de l’inculpé Abou Achirafi Ali que nous plaçons sous mandat de dépôt».

Me Mchindra Abdallah s’est ensuite étonné «en quoi, il y a trouble de l’ordre public! Jusqu’à preuve du contraire, l’ordre public n’est pas troublé et je trouve que ce chef d’inculpation n’est pas fondé. Les chefs d’accusation sont très superficiels. Poursuivi pour détournement de deniers publics, ce n’est pas précis. Il nous faut un montant et à ce que je sache, Abou Achirafi ne détenait pas de l’argent public. Cette inculpation ne me convient pas du tout».

Mm

Partager cet article

Repost 0
Published by Actu-Comores - dans ACTUALITÉ COMORIENNE
commenter cet article

commentaires