Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 21:52

Grand oral_du_gouvernement
Le grand oral du gouvernement a débuté hier au Palais du peuple; il se poursuivra encore ce jeudi. L’exercice consiste, pour chaque ministre, à présenter le bilan annuel de son département et à tracer les perspectives 2014. Ce sont les trois vice-présidents et le ministre des Relations extérieures qui ont ouvert le bal, hier, devant un parterre de hauts cadres de l’administration nationale et plusieurs membres des exécutifs insulaires.


Une très faible prévalence du paludisme, soit moins de 5% sur le territoire national, grâce à la campagne de pulvérisation intra-domiciliaire, à la distribution de moustiquaires imprégnées et au traitement de masse.
C’est l’un des résultats mis en avant par le vice-président chargé de la Santé, Fouad Mohadji, lors de la présentation du bilan annuel de son département ministériel. Il s’est aussi réjoui du taux actuel de guérison chez les tuberculeux et les lépreux, soit respectivement plus de 92% et 91%, de la réduction du niveau de prévalence des maladies non transmissibles (diabète, cancer, etc. ),...

Par ailleurs, le vice-président Mohadji a insisté sur la mise aux normes des infrastructures nationales de santé et sur l’amélioration du système d’information sanitaire qui a aujourd’hui «atteint un taux de complétude de 80%». Mais sa plus grande fierté restera sans doute le triplement (voire plus) de la part du budget allouée au secteur de la santé, qui vient de passer de 4 à 15%.

Pour la programmation 2014, le ministère de la Santé entend, entre autres, renforcer davantage le cadre institutionnel et la prise en charge des personnes infectées par le Vih, soutenir l’Ecole de médecine et de santé publique en matière de gestion des connaissances et élaborer une politique nationale de protection sociale.

A son tour, le vice-président en charge des Finances et du Budget, Mohamed Ali Soilih, s’est félicité des retombées de sa «politique budgétaire rigoureuse axée sur un assainissement des finances publiques». Elargissement de l’assiette fiscale, opérationnalisation de l’Agid (Administration générale des impôts et des domaines), lutte contre les fraudes de tous genres, formation du personnel, transparence dans la gestion des ressources, poursuite du processus de la zone de libre échange tripartite (Sadc, Comesa et Eac), mise en place d’un fichier unique Solde et Fop à travers le système Gise.... Le ministre des Finances a énuméré une série de reformes «courageuses» qu’il entend, cette année encore, accentuer.

Pour l’année en cours, Mohamed Ali Soilih prône une politique d’endettement «dynamique et prudente» et une maitrise des dépenses publiques. Il en appelle à une mobilisation de tous les services pour l’amélioration des recettes budgétaires. L’argentier du gouvernement s’apprête enfin à lancer trois importants chantiers : une refonte du code des douanes, la mise en place d’un centre de référence de l’Organisation mondiale du commerce (Omc) et l’application de la loi sur la concurrence.

Troisième vice-présidence à s’être livrée à l’exercice, celle de l’Aménagement du territoire. Comme on pouvait s’y attendre, la présentation s’est limitée essentiellement à un décompte des axes routiers construits ou rénovés sur les trois îles. Nourdine Bourhane, qui chapeaute aussi le département de l’Urbanisme et de l’Habitat, a annoncé la mise en œuvre, en 2013, du code de l’Urbanisme avec, à la clé, la formation de plus de 100 agents communaux chargés de l’exécution dudit code, l’élaboration du document de projet d’aménagement territorial.

Pour son plan d’action 2014, le vice-président Bourhane souhaite poursuivre le programme de réhabilitation des routes, notamment l’axe Uzini-Utsa-Ngandzale à Ndzuani, la route Mdjwaezi-Chuani-Djumwashongo à Ngazidja, l’aménagement du réseau urbain de Fomboni à Mwali,...

C’est la communication du ministère des Relations extérieurs qui a clôturé les travaux d’hier. Le chef de la diplomatie comorienne, représenté par son collègue de l’Education nationale, a présenté cinq principales réalisations de son département en 2013: l’adoption de la vision et de la stratégie de coopération pour le développement, la signature de la Déclaration de Paris sur l’amitié et la coopération entre les Comores et la France, l’acquisition d’un bâtiment pour «abriter la chancellerie comorienne au Caire» (Egypte), plus de 150 millions de recettes au titre de la légalisation des actes officiels et la réalisation du profil migratoire du pays. Parmi les défis à relever, le ministère doit réussir l’organisation du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Coi (Commission de l’Océan Indien) en juillet prochain, mobiliser des fonds pour la restructuration des archives et la publication régulière du bulletin d’information du département ou encore procéder à une reforme du protocole d’Etat. Vaste programme!

C’est pour disposer d’un «cadre de référence structuré et harmonisé, qui fixe les principaux objectifs de l’Etat» que le chef de l’Etat Ikililou Dhoinie organise régulièrement ces assises. Pour lui, il s’agit d’une «composante essentielle de la gouvernance». Il a souligné, dans son discours d’ouverture des travaux, certaines questions essentielles qui doivent rapidement trouver des solutions, notamment ‘’le foncier rural et urbain qui fait aujourd’hui l’essentiel des litiges dans les palais de justice’’ et qui constitue «un frein au développement.»

M.I

Partager cet article

Repost 0
Published by Actu-Comores - dans ACTUALITÉ COMORIENNE
commenter cet article

commentaires